C’est le capitalisme sauvage!

Interview avec Quatrieme Voie/Il Est Temps (République démocratique du Congo)

 

Ci-dessous, nous publions une interview avec Quatrieme Voie/Il Est Temps, une organisation de jeunesse de la République démocratique du Congo. Leur site est https://www.quatriemevoie.org/.

 

 

 

Jean-Marie Kalonji et Sylva Kabanga Mbikayi ont été arrêtés par les militaires. Heureusement, ils ont été libérés. Pourriez-vous nous dire brièvement ce qui s'est passé?

 

Ce qui s’est passé est que le gouvernement ne nous apprécie pas du tout. Il s’est fait que JM Kalonji était allé rendre visite à son grand frère dans un camp militaire « le camp Bumba » et les militaires lui ont arrêté parce qu’il manquait des pièces d’identités sur lui.

 

C’est ainsi que j’ai été alerté et je suis venu intervenir en tant que son avocat et aussi parce que c’était moi qui détenais son passeport car je faisais les démarches pour lui obtenir un visa pour la Tunisie.

 

Arrivé sur place, les militaires ont d’abord refusé de me donner accès au bureau du camp pour lui voir (Jean-Marie), puis lorsqu’ils ont finalement accepté de me laisser entrer, ils m’ont tabassé puis ligoté les mains dans le dos et torturé.

 

Ils nous ont, ensuite, conduit dans les locaux de la DEMIAP (détection militaire des activités anti-patrie) qui est un service de renseignement militaire.

 

Ils nous ont reproché d’appartenir à un mouvement insurrectionnel et de tentative de déstabilisation de l’Etat. C’est ainsi que nous y avons passé tous deux 24 jours à peu près sans visite ni contact avec la famille et même pas avec nos avocats.

 

Comment considérez-vous la situation politique actuelle en République démocratique du Congo (RDC) sous le gouvernement Kabila?

 

Aujourd’hui, la situation politique est déplorable et alarmante. Aujourd’hui si la situation continue ainsi, c’est le chaos total qui se suivra. L’espace politique est complètement réduit, les gens ne peuvent plus s’exprimer sans être arrêté ou sans que la chaine qui a fait passer la vidéo ne soit frappé de censure.

 

Quel est votre avis sur le rôle du plus grand parti d'opposition - l'Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS)?

 

Le rôle actuel ? l’UDPS a un rôle important dans le combat que nous menons du changement dans le sens que l’UDPS peut facilement mobiliser une forte masse. Mais malheureusement, le pouvoir en place a déstabilisé ce parti en débauchant plusieurs cadres et que ce parti a du mal aujourd’hui a retrouvé sa place qu’il occupait il y a une année et surtout après la mort de son leader en la personne de E. TSHIKEDI, les choses se sont compliquées pour ce parti. Mais quand-même les choses semblent s’amélioré peu à peu.

 

L'UDPS ne s'etait pas preparee pour l'après Tshisekedi. En effet, après la mort de Etienne TSHISEKEDI tout a été bouleversé. Les membres assistent a une phase de manque d'un vrai leadership, manque de strategie et d'idéologie politique, ce qui reste n'est que le fanatisme.

 

Le fils TSHISEKEDI voit plus le poste gouvernemental que de voir une vraie révolution c'est-à-dire celui du changement.

 

Trop de diplomatie au lieu d'être plus en contact avec les bases et continuer à mobiliser la masse pour une révolution.

 

Comment considérez-vous l'état de la soi-disant «société civile»?

 

La société civile en RDC est complètement inexistante et ne sert que de tremplin aux politiques. En effet, il y a peu d’organisations de la société civile qui sont non partisanes et qui s’occupent des intérêts du peuple, la plupart d’entre elles sont soit avec le gouvernement soit avec l’opposition car ils aspirent être dans l’un de ces deux camps, ils ne s’occupent vraiment pas de la population et ne pense qu’à elles-mêmes en premier.

 

Comment connais-tu l'état du mouvement syndical?

 

Aujourd’hui il est un peu difficile d’expliquer la situation des coalitions, il n’y a pas  une grande coalition que ce soit au sein de l’opposition ou encore au sein de la société civile car tout le monde est divisé et c’est difficile pour nous de se réunir lorsque les uns ne pensent qu’au pouvoir et que les autres ne pensent qu’à l’argent (sont cupides). Cela fragilise un peu trop le combat. Mais nous espérons que les gens prendront conscience et que nous pourrons nous mettre tous d’accord et enfin pouvoir tous mettre dehors le dictateur KABILA. Mais aussi nous pouvons ajouter les syndicats tels que des médecins, des enseignants des écoles publiques ainsi que des professeurs d’universités qui se sont réunis tous en un seul homme et ont fait des mouvements de grèves générales et cela pour réclamer afin que l’Etat puisse améliorer leurs conditions de paie et aussi exiger les paiements de leur dû. Les médecins par exemple, ils ont fait une grève générale et cela a paralysé toutes les activités ans les hôpitaux et cela a contraint le pouvoir de faire quelque chose afin de remédier à leur problème. Les enseignants se sont mis en grève pour exiger le paiement des arriérés de salaire de plusieurs mois dont l’Etat refuse de payer pour je ne sais quelle raison et ce mouvement a fait que la rentrée scolaire soit repoussée de quelques semaines de plus. Et la grève des professeurs à l’université a fait que jusqu’à présent l’année académique 2016-2017 ne soit pas encore terminé car les nombreux sont les professeurs qui n’ont pas encore corrigé les examens de fin d’année pour les étudiants ! tous ces exemples c’est juste pour montrer combien les coalitions syndicales peuvent être puissantes et faire changer des choses.

 

Comment évaluez-vous le caractère du capitalisme du Congo? Est-ce que vous le voyez comme une semi-colonie dépendant de l'impérialisme?

 

C’est le capitalisme sauvage, on exploite des ressources naturelles pour le bénéfice des capitalistes du monde pendant que les peuples meurents – six million depuis 1996. La RDC reste sous-développée, dépendant et appauvri tandis que nos élites s’enrichissent et vendent le pays aux confrères élites mondiaux !

 

Quelles Grandes Puissances exercent une influence considérable en RDC?

 

Il y a les USA, la Belgique ainsi que la France qui sont les puissances qui exercent considérablement une grande influence sur le Congo. Et il y a aussi la Chine qui est entrée dans le jeu.

 

Que pensez-vous qu'il va se passer en RDC dans un avenir rapproché?

 

Le plus grand problème sera de nous libérer de ces grandes puissances qui continuent toujours à exercer d’une certaine manière leur puissance sur nous et que cela continuer de nous rendre dans un état où nous souffrons toujours du néocolonialisme. En réalité le Congo est toujours sous tutelles de l’occident. Voilà le plus grand problème qui continuera à exister.

 

Que pensez-vous de la RDC?

 

Il y a plusieurs points que l’on peut évoquer mais les plus importants sont :

 

1.) Le changement du système de mentalité de gouvernance du Congo c’est-à-dire que nous devons avoir une nouvelle classe des hommes et femmes politiques et cela devrait passer par l’enseignement d’idéologie politiques ;

 

2) Rétablir une justice réelle c’est-à-dire un Etat de droit ;

 

3) Relever l’économie de la nation en assurant que les peuples contrôlent la richesse du pays et que les peuple congolais soient le premier a bénéficier de la richesse du pays.

 

 

 

Pouvez-vous dire quelques mots sur l'histoire de votre organisation et ses activités principales?

 

L’idée de la Quatrième Voie est venue sur depuis les années 2011 et l’idée était de créer un cadre de réflexion sur la situation des jeunes dans le pays et aussi la situation politique et économique du pays. Puis en 2013, les jeunes s’étaient réunis pour réfléchir aux défis du pays décidèrent d’entrer en action avec la Quatrième Voie. Le nom de la Quatrième Voie s’explique du fait que :"la première Voie est le régime, la secondeest l'opposition et la troisième est la société civile. Mais parce que la société civile ne représente pas adéquatement les aspirations des gens, nous sommes une nouvelle voie, qui représente les Jeunes et le peuple. Et le mouvement a eu plus d’impact lorsque le président Kabila a commencé avec l’idéed’organiser un dialogue national avant les élections. Nous nous sommes opposés à ce dialogue parce que nous savions qu'il préparait un moyen d'étendre son mandat au-delà du 20 Décembre 2016 lorsque son deuxième et dernier mandat se terminerait ". Cette position nous a couté plusieurs arrestations y compris l’enlèvement de JM KALONJI en décembre 2015.

 

Mais en notre plus grande démarche est de lutter pour le changement du système politique congolais et ainsi que le bien-être du peuple congolais.

 

Pour cela, nous avons plusieurs programmes sociaux afin d’essayer d’entrer en contact avec la population, des programmes tels que :

 

* Faciliter l’accès à la justice des personnes ne pouvant pas se payer les frais des services d’un avocat ou encore ne pouvant pas se payer les services judiciaires, ce programme est pour le moment avec les femmes qui sont emprisonnées à la prison centrale de MAKALA qui se trouve à Kinshasa ;

 

* Le programme avec les handicapés ;

 

* Aider les femmes qui sont dans les marchés en les octroyant des fournitures telles que chaises et tables afin de les permettre de vendre dans de bonnes conditions mais aussi nous comptons les offrir des formations d’apprentissage de langue et d’écriture ;

 

* Nous avons aussi un programme d’octroi des bourses pour les étudiants congolais qui n’ont pas les moyens de se payer les frais académiques,

 

* Nous avons également un autre projet qui est en cours celui de IL EST TEMPS D’ALLER A L’ECOLE, un programme qui offrira l’occasion aux enfants ayant entre 6 ans et 16 ans d’aller à l’école et d’acquérir des connaissances scientifiques qui leurs permettront d’avancer dans la vie.

 

Voilà ce que nous pouvons dire en résumé de notre courant, la Quatrième Voie.

 

Thank you for the interview!

 

Interview avec Quatrieme Voie/Il Est Temps (République démocratique du Congo)