Déclaration révolutionnaire pour Premier Mai 2017

Dans un monde de Crises, Guerres et Révolutions, la création d'un nouveau Parti Mondial de la Révolution Socialiste est plus urgent que jamais!

 

Déclaration de la Courant Communiste Révolutionnaire Internationale (CCRI), www.thecommunists.net

 

 

 

Camarades, frères et sœurs sur tous les continents!

 

La Courant Communiste Révolutionnaire Internationale (CCRI) envoie ses salutations de Premier Mai à tous les combattants pour la libération de la classe ouvrière et des personnes opprimées à travers le monde. Il ne fait aucun doute que nous vivons dans les temps historiques. L'histoire change et elle change à chaque instant. D'ici à quelques années, le monde sera tout à fait différent de ce qu'il est maintenant. Notre tâche et notre responsabilité est d'intervenir dans ces événements avec un programme et une orientation corrects. C'est seulement alors qu'il sera possible de créer une organisation qui unit l'avant-garde de combat pour lui permettre de marquer une révolution sur les luttes épiques à venir.

 

Comme nous l'avons expliqué plus en détail dans notre document World Perspectives 2017, la raison de l'évolution dramatique de la politique mondiale est que toutes les contradictions du capitalisme mondial s'accélèrent à une vitesse considérable. L'économie mondiale capitaliste est marquée par d'extraordinaires contradictions profondes qui se manifesteront dans un autre, pire encore que l'année 2008. Juste récemment, une nouvelle étude a révélé que la dette mondiale a de nouveau augmenté rapidement à 325% du Produit Intérieur Brut mondial em 2016, totalisant 215 billions de dollars. Dans cette période historique de décadence capitaliste, la bourgeoisie essaie de décharger les coûts de la crise sur les épaules de la classe ouvrière et des opprimés. C'est pourquoi les masses ouvrières sur tous les continents sont de plus en plus pauvres alors que l'élite riche élève sans vergogne ses richesses.

 

Dans le contexte de la décadence capitaliste, nous voyons une accélération rapide de la rivalité entre les grandes puissances impérialistes comme les les États-Unis, UE, Japon, Russie et Chine. Les tensions croissantes entre la Russie et les États-Unis en Syrie ainsi que le conflit entre les États-Unis et la Chine en Asie de l'Est - pour ne prendre que les exemples les plus récents et les plus visibles - témoignent clairement de cela. Il ne fait aucun doute que les provocations militaires et les guerres encouragées par les Grandes Puissances et, finalement, une Troisième Guerre Mondiale sont inévitables si la classe ouvrière internationale ne renverse pas les classes dirigeantes à temps.

 

De même, nous voyons une accélération des agressions impérialistes, des guerres et des occupations contre les peuples opprimés du Sud. Le massif bombardement contre les peuples syrien et irakien, tant par la Russie, que par les États-Unis et leurs alliés (comme la France, la Grande-Bretagne et d'autres) a causé - selon leurs propres comptes - la mort de plus de 100.000 personnes. En Afghanistan, les États-Unis poursuivent leur occupation avec son régime fantoche à Kaboul. De même, les États-Unis intensifient leurs attaques en Somalie ,comme le font les Français - avec l'aide de leurs alliés européens - au Mali. D'autres exemples pour cette offensive réactionnaire sont l'agression saoudienne - soutenue par les impérialistes occidentaux - contre le Yémen ,ou la guerre des États-Unis contre la Corée du Nord. Et il y a, bien sûr, l'oppression brutale sans fin du peuple palestinien par l'Etat d'apartheid israélien, ainsi que les Tchétchènes par la Russie, les Uyghurs par la Chine, le Kashmiri par l'Indien, les Balochi par les Pakistanais et les Kurdes par L'Etat turc.

 

Une autre forme de l'oppression impérialiste est le racisme accéléré contre les migrants dans les métropoles impérialistes (par exemple, le mur de Trumps et l'interdiction musulmane, l'islamophobie en Europe, les pogroms contre les migrants noirs en Afrique du Sud) et les minorités ethniques comme les minorités noires aux États-Unis, La Grande-Bretagne ou le Brésil, ou des minorités religieuses comme les musulmans en Inde.

 

Tous ces développements constituent le fond de l'offensive réactionnaire de la classe dirigeante contre la classe ouvrière mondiale et les opprimés. Il en résulte des programmes massifs d'austérité, la augmentation du chauvinisme et de l'islamophobie, l'expansion de l'état de la policier (par exemple, l'état d'urgence en France), l'interdiction musulmane de Trump et son projet de construire un mur à la frontière mexicaine, l’augmentation de partis des droite (p. Ex. Le Pen, Wilders, Strache) et les coup d'État (p. Ex. Le Brésil, l'Egypte, la Thaïlande).

 

Cependant, la classe ouvrière et les opprimés ne tolèrent pas cette offensive réactionnaire, mais se battent contre elle. Comme bons exemples de la résistance déterminée des masses populaires, nous nous référons à la continue lutte héroïque de libération du peuple syrien contre la tyrannie d'Assad, la résistance yéménite contre l'agression saoudienne, les manifestations de masse contre Gasolinazo au Mexique, des protestations massives contre le putchiste gouvernemenmt de Michel Temer au Brésil, le courageux mouvement féminin populaire contre la violence en Amérique latine, les luttes des travailleurs noirs et des jeunes en Afrique du Sud, la résistance populaire en Somalie contre les troupes d'occupation de l'AMISOM, les manifestations de masse en Corée du Sud qui ont abattu le président de droite Park Geun-hye, des nombreuses manifestations d’ouvrières en Chine, le mouvement militant des femmes pauvres en Inde, le mouvement Black Lives Matter ainsi que les mouvements anti-Trump aux États-Unis, des manifestations de masse en solidarité avec Theo en France ou les manifestations de défense des réfugiés en Espagne.

 

Mais toutes ces luttes sont sérieusement entravées par la crise dévastatrice de la direction révolutionnaire du mouvement ouvrier. Les luttes actuelles des travailleurs et opprimées sont contrôlées par plusieurs dirigeants officiels - traîtres bureaucrates ouvriers, dirigeants des partis social-démocrates, chefs de partis staliniens, le castro-chavismo, leurs suiveurs centristes, partis représentant le nationalisme petit-bourgeois, et partis basés sur l'islamisme . Ces dirigeants actuels, consciemment ou inconsciemment, trompent les ouvriers et les opprimés. Dans les luttes de classes majeures, ils soutiennent souvent la contre-révolution ouverte ou prennent une position lâche et neutre (par exemple sur Assad, le général Sisi, le coup d'État au Brésil, le régime euromaïdain en Ukraine, l'état d'urgence en France, les guerres impérialistes en Le Moyen-Orient, le régime CNA en Afrique du Sud, l'impérialisme russe et chinois, etc.).

 

Par conséquent, la tâche la plus brûlante des révolutionnaires consiste à réunir des forces pour faire avancer la lutte pour construire un nouveau Parti mondial de la Révolution Socialiste comme une Claire alternative et sans équivoque au réformisme, au centrisme et au populisme petit-bourgeois.

 

Les révolutionnaires doivent combiner la lutte pour un programme révolutionnaire avec la concrétisation de ce programme à une série de stratégies et de tactiques pour les majeures luttes de classe actuelles. Seules les organisations qui ont une bonne compréhension du programme marxiste dans la période actuelle ainsi que de la situation mondiale actuelle et les tâches correspondantes pour la lutte des classes peuvent servir d'instruments pour la création de nouveaux partis révolutionnaires et un nouveau Parti Mondial de la Révolution Socialiste.

 

Certains diront avec nous que les forces révolutionnaires authentiques sont si petites qu’il sera impossible de construire si tôt un monde fort Parti révolutionnaire. A ce sujet, nous répondons que nous sommes pleinement conscients des faiblesses et des difficultés du chemin à parcourir. Cependant, il n'y a pas d'alternative pour construire un tel nouveau parti en apprenant les leçons des luttes passées, des révolutions et des contre-révolutions. Nous avons vu suffisamment de soulèvements de masse vaincus et démoralisés en raison de l'absence d'un parti révolutionnaire authentique. Si nous nous sacrifions à la sérieuse lutte pour un parti d'avant-garde, mais ne cherchons que des résultats rapides, nous continuerons la terrible chaîne de défaites des dernières années et des décennies. Non, notre classe a déjà payé un prix trop élevé pour l'absence d'un parti révolutionnaire. Il est très urgent de changer ce cours et de construire un nouveau parti mondial basé sur une base révolutionnaire sérieuse. Sinon, la classe ouvrière continuera à souffrir la défaite après la défaite pendant des années et des années!

 

Nous voulons donc attirer l'attention de tous les combattants sérieux pour la libération de la classe ouvrière et les opprimés à notre Appel Urgent récemment publié dans lequel nous avons résumé les conclusions les plus importantes pour faire avancer l'unification des révolutionnaires authentiques:

 

À notre avis, les révolutionnaires du monde entier devraient tout de suite commencer à collaborer pour jeter les bases d'une unification de principe, afin que nous puissions poursuivre le processus de création d'un nouveau Parti mondial avec des forces plus fortes. Le point de départ de la création d'un tel parti doit être un accord sur les questions les plus importantes de la lutte des classes mondiales. La CCRI considère les questions suivantes en tant que telles sont questions clés programmatiques dans la phase politique actuelle:

 

a) Reconnaissance d’accélération de la rivalité entre les Grandes Puissances impérialistes, États-Unis, UE, Japon, Russie et Chine. Il est seulement possible de comprendre la dynamique de la période de crise capitaliste actuelle et de prendre une position correcte si reconnaître le caractère impérialiste non seulement des États-Unis, UE et le Japon, mais aussi des nouvelles puissances émergentes, la Russie et la Chine. Uniquement à partir de cette base, il est possible de rejoindre le programme correct dans cette affaire-le défaitisme révolutionnaire, c’est-à-dire, la perspective d’une lutte cohérente contre toutes les puissances impérialistes. Cela signifie que les révolutionnaires devraient refuser de soutenir quelque Grande Puissance dans les conflits inter-imperialistas, pour defendre le slogan “L’ennemi principal est dans la maison!

 

b) Lutte cohérente contre l’impérialisme. Les révolutionnaires défendent pour la défaite d’États l’impérialistes dans tout conflit avec les forces représentant les personnes opprimées, et la victoire militaire de ce dernier, et en même temps, ne donner pas de tout soutien politique aux dirigeants non-révolutionnaires des opprimés (par exemple, les islamistes petits-bourgeois, les nationalistes ). Cela vaut aussi bien dans des conflits internes (par exemple, de la Russie contre une nation opprimée comme le peuple tchétchène), ainsi que dans les guerres à l’étranger (par exemple, Afghanistan, Syrie, Mali, Somalie). De même, les révolutionnaires doivent se battre pour l’ouverture des frontières des pays impérialistes et pour une pleine égalité pour les minorités nationales et les migrants. En outre, les révolutionnaires refusent de prêter un soutien à un camp impérialiste contre une autre dans un conflit (c’est-à-dire, Brexit vs EU;Clinton vs Trump).

 

c) Le soutien continuant pour la Révolution Arabe. Les soulèvements de masses populaires en Tunisie, en Égypte, la Libye, la Syrie, le Yémen et d'autres pays ont été le développement le plus important et progressif de la lutte des classes jusqu'à présent depuis le début de la nouvelle période historique en 2008. En effet, compte tenu de l'absence d'une direction révolutionnaire, les masses ont souffert une série de défaites terribles - comme le coup d'État du général al-Sisi en Égypte, en Juillet 2013, ou le massacre continue du peuple syrien aux mains d'Assad et ses partisans étrangers. Cependant, le processus révolutionnaire continu, et cela se reflète dans la résistance populaire en cours en Syrie, en Égypte, au Yémen, au Maroc, etc. Authentiques révoltionnaires Forces doivent apporter un soutien inconditionnel à ces luttes populaires contre les dictatures et contre les forces réactionnaires sans ne donner aucun soutien politique à ses dirigeants non révolutionnaires (par exemple, islamistes petit-bourgeois).

 

d) Participation à toutes les luttes de masse contre les programmes d'austérité et les attaques réactionnaires contre les droits démocratiques. Les révolutionnaires sont contre toute forme de sectarisme, comme, par exemple, le refus de participer à des luttes de masse sous le prétexte d'entre eux existe leaders non-révolutionnaires. Au lieu de cela, les révolutionnaires appliquent la tactique du front unique dans les luttes des ouvriers et des paysans dirigés par les forces réformistes ou populistes contre le programme d'austérité (par exemple, les syndicats, les organisations de masse de paysans et les citadins pauvres, mais aussi dans les partis politiciens comme MORENA au Mexique, SYRIZA en Grèce avant 2015, PODEMOS en Espagne) ou contre les antidémocratiques coups et les dictatures (PT, CUT, MST au Brésil, avec les islamistes en Égypte, les rebelles en Syrie). Ces orientations devraient être combinées avec une lutte conséquente contre toutes les formes de populisme de Front Populaire ou le populisme petit bourgeois et la lutte pour les travailleurs et les paysans pour qu’ils rompent avec ces leaders non-révolutionnaires, et de promouvoir la formation d'un indépendant Parti Révolutionnaire de Travailleurs.

 

Par conséquent, nous appelons toutes les organisations qui s'efforcent honnêtement de créer un nouveau Parti mondial révolutionnaire pour unir leurs forces sur la base de questions clés programmatiques. Concrètement, la CCRI propose que les révolutionnaires constituent un comité mixte de contact afin de préparer et organiser une Conférence Internationale qui discutera des étapes concrètes pour faire avancer la formation d'un Parti Révolutionnaire Mondial. La CCRI s'engage à des sérieuses discussions et à la collaboration la plus étroite possible avec toutes les forces qui partagent une telle perspective.

 

Nous exhortons tous les camarades, les frères et sœurs à étudier ce document et à contacter la CCRI afin que nous puissions discuter conjointement des étapes vers une collaboration plus étroite dans notre effort mutuel pour construire l'instrument le plus important de la classe ouvrière dans sa lutte pour la libération: un Nouveau Parti Mondial de la Révolution Socialiste! Avançons!

 

Il n'y a pas d'avenir sans le socialisme!

 

Il n`y a pas de socialisme sans révolution!

 

Il n`y a pas de révolution sans parti révolutionnaire!

 

 

 

La Courant Communiste Révolutionnaire International a des sections et des militants dans 14 pays: Pakistan, Sri Lanka, le Brésil, le Mexique, le Venezuela, Israël / Palestine occupée, Yémen, Tunisie, Turquie, Zimbabwe, Aotearoa / Nouvelle-Zélande, l'Allemagne, la Grande-Bretagne et l'Autriche.

 

www.thecommunists.net, rcit@thecommunists.net

 

 

 

Pour une vue plus complète de l'analyse de la CCRI sur la situation mondiale et sa réponse programmatique, nous renvoyons le lecteur aux documents suivants:

 

Perspectives du Monde 2017: La lutte contre l'offensive réactionnaire à l'âge de Trumpism, https://www.thecommunists.net/theory/world-perspectives-2017

 

Appel urgent pour l'unité et la lutte commune dans une plate-forme révolutionnaire, https://www.thecommunists.net/home/fran%C3%A7ais/appel-urgent/

 

Manifeste pour la libération révolutionnaire, https://www.thecommunists.net/home/fran%C3%A7ais/manifeste-2016/

 

Free Homepage Translation