VI. Mots de conclusion

 

 

 

Nous concluons ce livre en soulignant à nouveau qu’il a été écrit dans des circonstances extraordinaires lors de son apparition au milieu d’une crise historique. Donc, si ce livre apparaît dans 6 ou 12 mois, on pourrait certainement ajouter plus de données, faire des évaluations plus définitives de certaines tendances ou arriver à des conclusions plus claires à propos de ceci ou cela développement. Cependant, comme nous l'avons dit dans l'introduction, le but de ce livre est d'aider les militants du monde entier à développer une ligne révolutionnaire dans ces événements tumultueux et donc mieux les préparer à intervenir dans la lutte des classes. En outre, attendre que tout soit fini et que l’image soit plus claire serait une approche académique de petite bourgeoisie.

 

Bien que nous ne connaissions pas et ne pouvons pas connaître le cours exact des événements, il est tout à fait clair quel est le but, l’histoire, le sens de la situation actuelle - indépendamment des intentions de ceci ou de ces dirigeants gouvernementaux. Ce qui se passe actuellement est une offensive mondiale contre-révolutionnaire, une contre-révolution préventive. Les classes dirigeantes lancent de gigantesques attaques économiques et anti-démocratiques qui limiteront et aggraveront considérablement les conditions de lutte de la classe ouvrière. C’est pourquoi les confinements et l’abolition des droits de manifestation sont si dangereux.

 

COVID-19 est l’excuse parfaite pour supprimer ces droits. C’est pourquoi la classe dirigeante répand la peur et la panique. C’est pourquoi ils vont l’utiliser non seulement maintenant, mais pendant des mois et des années ! Et si la pandémie de COVID-19 prend fin temporairement, la classe dirigeante mettra sûrement en garde contre son retour. Ou il y aura une autre pandémie pour un autre virus. Nous répétons notre avertissement : la bourgeoisie utilisera le danger de telles pandémies pendant plusieurs années pour confondre et paralyser la classe ouvrière et les masses populaires.

 

C’est pourquoi accepter la logique du confinement et la suppression du droit aux manifestations est si dangereux. Ils veulent nous attacher les mains pendant des années de la chute des droits et d’un gouvernement autoritaire. C’est pourquoi LA CCRI condamne fermement tous les gauchistes qui soutiennent les confinements et l’abolition des droits de manifestation. Ces forces servent objectivement la contre-révolution. Ils sont une version moderne du social chauvinisme pendant la Seconde Guerre mondiale.

 

Nous ne doutons pas que nous marchons vers des événements majeurs. Pour l’instant, tout semble être superposé par la crise du COVID-19. Cependant, les contradictions fondamentales du capitalisme n’ont aucun moyen et ne peuvent pas disparaître. Les classes dirigeantes ont lancé leur offensive contre-révolutionnaire non pas parce qu’elles sont fortes, mais à cause du désespoir compte tenu de la crise dévastatrice de leur système. Plus la bourgeoisie attaque durement, plus la réaction est forte et plus la réponse des travailleurs et des masses populaires est grande.

 

Comme nous l’avons souligné dans ce livre, la nouvelle ère provoque une aggravation qualitative des contradictions entre les classes et les États. Cela augmentera massivement les tendances qui étaient déjà en place auparavant. Il s’agit notamment de la crise structurelle de l’économie mondiale capitaliste et du déclin des forces productives, de la rivalité entre les Grandes Puissances impérialistes - en particulier entre les États-Unis et la Chine - et de la lutte des classes et de la révolte révolutionnaire des travailleurs et des opprimés. Nous reconnaissons et analysons ces développements sur plusieurs années et fournissons une perspective marxiste. La triple crise actuelle - une nouvelle crise similaire à celle de 1929, la montée du léviathan d’État et de la pandémie du COVID-19 - est une autre évolution cruciale.

 

Trotsky a dit un jour: « Le pouvoir de la Quatrième Internationale réside dans le fait que son programme est capable de résister à l'épreuve des grands événements. » 219 Cette affirmation n'est pas moins vraie aujourd'hui. Les révolutionnaires du monde entier doivent juger les organisations qui lèvent le drapeau du marxisme pour son historique. La CCRI a démontré depuis plusieurs années qu’elle est en mesure de reconnaître les nouveaux développements et de fournir une réponse révolutionnaire. Nous comprenons le caractère révolutionnaire de la période historique actuelle qui s’est ouverte en 2008, lorsque beaucoup d’autres ont été dominés par le pessimisme et le recul. Nous avons défendu la justification de la révolution arabe lorsque beaucoup ont renoncé à la soutenir ou ont même commencé à soutenir les bouchers contre-révolutionnaires comme Assad et Sisi. Nous reconnaissons l’ascension de la Chine et de la Russie comme de nouvelles puissances impérialistes lorsque la majorité a nié une telle position ou même a ridiculisé une telle position. Nous avons souligné depuis longtemps la nécessité d'appliquer le programme de défaitisme révolutionnaire dans tout conflit entre les Grandes Puissances entre les États-Unis, l'UE, le Japon, la Chine ou la Russie. Et dans la crise actuelle du covid-19, nous avons des États presque seuls à prendre une position révolutionnaire cohérente contre la politique mondiale de confinement. Nous pouvons affirmer à juste titre que les méthodes de la CCRI, son programme et ses pronostics ont pu faire face à l’épreuve des événements majeurs.

 

La nouvelle ère conduira aussi inévitablement à une aggravation qualitative des crises et des contradictions entre les travailleurs et les mouvements populaires et les soi-disant « gauches ». Elle déclenchera des crises politiques et organisationnelles dans les organisations ; il poussera les opportunistes encore plus à droite, dans le camp de la classe moyenne et le libéralisme social-impérialiste qui suit la bourgeoisie. Cependant, nous sommes confiants qu’il ouvrira également un processus de repenser et de se déplacer vers la gauche parmi les marxistes, ce qui peut entraîner le regroupement des forces révolutionnaires. La CCRI se concentre sur les masses brutes mais militantes, et cherche un rapprochement avec les marxistes qui partagent une telle perspective révolutionnaire.

 

Au début de la Première Guerre mondiale, Lénine résumait adéquatement les tâches des marxistes en un peu de mots. Que faire ? Prêchez et préparez la guerre civile. Au lieu de devenir ministres, rejoignez les propagandistes illégaux !! 220 De même, les révolutionnaires d’aujourd’hui doivent se préparer à une plus longue période de combats dans des conditions difficiles. Cependant, ces conditions donneront lieu aux plus grandes explosions politiques que le monde ait connues depuis longtemps !

 

Dans une telle période, la tâche la plus importante et urgente pour les marxistes authentiques est de combiner leurs forces et de joindre leurs efforts pour construire un nouveau Parti mondial de la révolution socialiste. La CCRI appelle tous les révolutionnaires à se joindre à nous dans cette tâche ! Nous répétons les paroles de notre dernière lettre ouverte : « Agissez maintenant parce que l’histoire se passe maintenant ! »

 

 

 

219 Quatrième Internationale: Guerre impérialiste et révolution mondiale prolétarienne, adopté par la Conférence d’urgence de la Quatrième Internationale, du 19 au 26 mai 1940; dans: Documents of the Fourth International, The Formative Years (1933-40), Pathfinder Press, New York 1973, p. 323, http://www.marxists.org/history/etol/document/fi/1938-1949/emergconf/fi-emerg02.htm

 

220 V. I. Lénine: Plan for a Pamphlet « La Guerre européenne et le socialisme européen(1914) », dans: LCW Vol. 41, p. 340