Manifeste de l'Afrique: I. Explorateurs Étrangers - Hors de l'Afrique!

 

 

Depuis que les puissances coloniales européennes sont entrées en Afrique pendant des siècles, elles ont pillé notre continent et asservi nos peuples. Dans le passé, ils ont envoyé des millions d'Africains noirs comme esclaves en Amérique du Nord et du Sud et aujourd'hui, les Grandes Puissances impérialistes et leurs monopoles répriment et exploitent notre peuple sous l'apparence de l'indépendance politique formelle des pays africains. C'est pourquoi nous caractérisons ces États capitalistes formellement indépendants comme des «semi-colonies» ou des «néo-colonies».

 

En conséquence, les secteurs les plus stratégiques de l'économie africaine, tels que les mines, le pétrole et la finance, restent dominés par les monopoles capitalistes étrangers. Par exemple, jusqu'à 101 sociétés cotées à la Bourse de Londres ont des exploitations minières en Afrique subsaharienne. Ces sociétés contrôlent plus de 1 billion de dollars de ressources africaines avec seulement cinq produits - pétrole, or, diamants, charbon et platine. En outre, ces monopoles étrangers commandent de vastes parties des terres de l'Afrique, leurs concessions atteignent impressionnants 1,03 million de kilomètres carrés du continent. Plus de 52% de toutes les banques d'Afrique subsaharienne sont entre des mains étrangères.

 

Il n'est donc pas surprenant que les monopoles impérialistes puissent tirer d'énormes profits de l'Afrique chaque année. Une étude récemment publiée donne les chiffres suivants: «Alors que 134 milliards de dollars circulent chaque année sur le continent, principalement sous la forme de prêts, d'investissements étrangers et d'aide, 192 milliards de dollars sont retirés, principalement grâce aux bénéfices réalisés par des sociétés étrangères, l'évasion fiscale et les coûts de l'adaptation au changement climatique. Le résultat est que l'Afrique subit une perte nette de 58 milliards de dollars par an. "(Health Poverty Action Briefing, juillet 2014)

 

Donc, nous voyons que pendant des siècles, l'Afrique a été pillée à cause de sa richesse minérale et en tant que source de main-d'œuvre bon marché. En conséquence, c'est aujourd'hui le continent le plus pauvre et le plus arriéré. En d'autres termes, nous pouvons dire que "l'Afrique est pauvre parce qu'elle est riche".

 

Pour ces raisons, la CCRI soutient la demande contre les anciennes et nouvelles puissances coloniales pour la compensation de siècles d'esclavage, d'exploitation et d'oppression! Nous dénonçons l'hypocrisie des Grandes Puissances occidentales qui refusent les réparations aux nations africaines et aux Afro-Américains et nous exhortons à oublier les atrocités passées perpétrées contre ces peuples. Quel contraste est cette attitude par rapport aux réparations qui ont été payées à cause des horribles crimes nazis contre le peuple juif! La vie africaine vaut-elle moins? Après 1994, une fausse Commission de Vérité et Réconciliation a été créée dans la «nouvelle» Afrique du Sud en tant que mécanisme de guérison. En fait, les tueurs blancs ont été pardonés pour leurs crimes.

 

Traditionnellement, notre peuple a souffert avec les impérialistes européens et, depuis la Seconde Guerre Mondiale, avec l'Amérique du Nord. Aujourd'hui, les nouveaux explorateurs s'enrichissent de sang, de sueur et de larmes. En particulier, c'est le cas de la Chine, nouvelle Grande Puissance impérialiste émergente et, dans une moindre mesure, du Japon et de l'Inde. La Chine est devenue le plus grand partenaire commercial de l'Afrique et l'un de ses trois plus grands investisseurs étrangers sur le continent. Environ 10 000 entreprises chinoises opèrent en Afrique. Ils contrôlent environ 12% de leur production industrielle totale.

 

Plusieurs politiciens cupides, camouflant leurs objectifs avec une phraséologie pseudo-socialiste (comme l'ANC et le SACP stalinien en Afrique du Sud ou le ZANU-PF de Mugabe au Zimbabwe), essaient de nous vendre la Chine comme une Grande Puissance meilleure et bénigne. En fait, les monopoles chinois ne valent pas mieux que leurs rivaux européens et américains: ils sont tous à nous d'explorer jusqu'à l'épuisement!

 

Le CCRI appelle à une lutte commune des travailleurs et des organisations populaires de masse pour exproprier les monopoles impérialistes et pour détruire tous les accords impérialistes qui imposent aux pays africains une autre forme d'esclavage - l'esclavage économique!

 

En raison de notre dépendance économique vis-à-vis des Grandes Puissances et de leurs monopoles, nous sommes également dominés par eux dans notre vie politique. Certes, ils n'occupent pas directement notre terre comme ils l'ont fait à l'époque coloniale. Aujourd'hui, ils contrôlent indirectement le continent africain à travers la classe dirigeante locale. Bien qu'il puisse y avoir des conflits occasionnels et temporaires entre les impérialistes et les capitalistes africains, ces derniers sont organiquement incapables de rompre avec le système impérialiste. En effet, aucun marché capitaliste national ne peut exister séparément du marché mondial et ce dernier est précisément dominé par les monopoles impérialistes. Le capitalisme en Afrique existe et ne peut exister que comme un amalgame de capital impérialiste et de capital natif africain, dans lequel ce dernier est subordonné au premier.

 

Afin de mieux contrôler notre continent, les Grandes Puissances créent de plus en plus des bases militaires et interviennent directement, ou par l'intermédiaire des gouvernements locaux fantoches: des troupes françaises et allemandes sont envoyées au Mali pour renverser l'insurrection touarègue en Azawad; Les troupes américaines et européennes attaquent et tuent à plusieurs reprises en Somalie ainsi qu'en Libye; La France et les États-Unis ont des bases militaires dans plusieurs pays africains, ainsi que la Chine à Djibouti; et plusieurs Grandes Puissances envoient des navires de guerre à la mer de la Somalie et de la Libye. De plus, les Grandes Puissances envoient de plus en plus de troupes africaines locales fonctionnant formellement comme des forces indépendantes, mais en réalité elles sont des infanteries au service de l'impérialisme (par exemple l'AMISOM en Somalie, la Force G5 du Sahel). En fait, ces exemples ne sont qu'une répétition de ce qui s'est passé pendant le colonialisme quand la France et la Grande-Bretagne ont utilisé des soldats africains comme chair à canon pour sauver leurs propres peaux.

 

La classe ouvrière des semi-colonies doit résister à l'établissement de bases militaires sous US AFRICOM. C'est une attaque contre la souveraineté des nations africaines et une couverture pour coloniser de nouveau les États africains et protéger les intérêts capitalistes des Grandes Puissances. Nous n'oublierons jamais que, au plus fort de la remise en état des terres du Zimbabwe en 2008, Tony Blair a menacé d'envahir le Zimbabwe en utilisant la base aérienne américaine au Botswana.

 

La CCRI soutient la résistance populaire en Somalie, en Azawad (dans le désert du Sahara) et dans d'autres pays contre l'occupation par les troupes impérialistes et leurs agents locaux. De même, nous appelons à l'annulation des sanctions contre le Zimbabwe, qui - sous prétexte d'être pris pour cible contre le régime de Mugabe - sont en fait une attaque contre la population! Ces sanctions économiques illégales sont en fait des mesures punitives destinées à empêcher d'autres paysans africains de suivre l'exemple de l'expropriation par le Zimbabwe de la terre des colons blancs. La CCRI soutient inconditionnellement la réforme agraire au Zimbabwe - mais en même temps, il n'apporte pas de soutien politique au gouvernement Mugabe. Nous soutenons également la demande croissante des Sud-Africains de retourner sur leurs terres des colons blancs sans compensation.

 

Un autre héritage de l'ancien et du nouveau colonialisme sont les colons minoritaires privilégiés. Traditionnellement, plusieurs pays africains ont eu des expériences avec des colonies de colons blancs. Plus récemment, des colons chinois (et, dans certains cas, des colons venus d'Inde) se sont installés sur notre continent. Ils deviennent souvent des minorités privilégiées qui aident les grandes puissances à exploiter notre peuple. Nous disons ouvertement: les colons ne peuvent rester dans notre pays que s'ils acceptent la perte de tous les privilèges et la nationalisation de leurs richesses (qu'ils ont accumulées en dehors de notre travail et de notre terre) et vivent parmi nous comme des égaux.

 

Alors que les puissances impérialistes ne sont plus capables d'amener les Africains comme esclaves, elles continuent à exploiter nos populations à travers la migration à l'étranger. En raison de la misère sur notre continent, des millions d'Africains sont forcés de migrer vers l'Europe et les États-Unis, où ils sont exploités comme des sources de main-d'œuvre bon marché (par rapport aux travailleurs indigènes) et opprimés au niveau national (c.-à-d. droits de la citoyenneté, terrifiés par les autorités et les racistes, discrimination religieuse contre les musulmans et autres minorités, etc.). À la suite de cette migration massive hors d'Afrique, les impérialistes privent notre continent de ses travailleurs les plus éduqués. Par exemple, plus de scientifiques africains vivent aux États-Unis aujourd'hui qu'en Afrique!

 

Nous savons que la solution à la misère de l'Afrique n'est pas la migration, mais un avenir socialiste, sans exploitation capitaliste et sans oppression impérialiste. En même temps, nous regrettons la Forteresse impérialiste créée par l'Europe (qui empêche les migrations vers le continent européen), qui est principalement responsable de notre misère et nous rejetons leur droit de restreindre notre liberté de mouvement! Nous demandons un accès gratuit à l'Europe! De même, nous refusons d'être utilisés comme main-d'œuvre bon marché et nous demandons des salaires égaux et des droits de citoyenneté à pleine dans les pays riches!

 

En Afrique et à l'étranger, la CCRI exige:

 

* Expulsion de toutes les Grandes Puissances (USA, Chine, UE, etc.) de l'Afrique!

 

* Expropriation de toutes les banques et sociétés impérialistes sans compensation! Pour la nationalisation et la centralisation de toutes les banques et la création d'une banque d'État qui fonctionne sur la base des lignes directrices socialistes!

 

* Annulation de toutes les dettes des pays africains! À bas le régime terroriste économique du FMI et de la Banque Mondiale! Pas du tout des traités de «libre-échange» avec les puissances impérialistes!

 

* Expulsion des Grandes Puissances du sol africain et des eaux territoriales! Démonter toutes les bases militaires impérialistes!

 

* Défait de l'intervention militaire des Grandes Puissances et de leurs marionnettes locales! Soutenir la résistance contre les occupants impérialistes au Mali et en Somalie!

 

* Obliger les anciennes et les nouvelles puissances coloniales à payer des compensations pour des siècles d'esclavage, d'exploitation et d'oppression!

 

* Abolir tous les privilèges des colons!

 

* Pas de sanctions contre le Zimbabwe ou tout autre pays africain!

 

* Rejeter les contrôles aux frontières impérialistes! Ouvrez les frontières! Augmenter les salaires des migrants au niveau des travailleurs natifs! Égalité totale pour les migrants! Arrêtez l'oppression raciale des Noirs en Europe, en Amérique latine, aux États-Unis et dans d'autres parties du monde! Arrêter la discrimination islamophobe des migrants musulmans en Europe; Pas à toutes les persécutions fondées sur la religion minoritaire!