Manifeste de l'Afrique: III. À Bas les Dictatures Capitalistes et les Pseudo-Démocraties Corrompues!

 

 

Alors que, officiellement, les pays africains ne sont plus des colonies des Grandes Puissances impérialistes, ils sont loin derrière de toute notion de véritable indépendance politique. Au contraire, ces régimes de républiques formellement indépendantes servent tous les intérêts des monopoles étrangers et des capitalistes de leurs capitalistes natifs. Ils ne servent certainement pas le peuple africain, mais ils collaborent avec les Grandes Puissances impérialistes.

 

Cette situation est le résultat d'avoir vendu la lutte héroïque pour la libération de nos parents et grands-parents, qui ont forcé les puissances coloniales à quitter nos pays et la trahison par la nouvelle classe dirigeante d'élite des capitalistes africains et des politiciens de carrière.

 

En conséquence, aucune des tâches fondamentales de la lutte pour la libération - pour une démocratie authentique, pour une véritable indépendance nationale, pour une réforme agraire dans l'intérêt des paysans pauvres et pour la justice sociale - n'a été accomplie. Cela restera ainsi tant que la classe ouvrière et les opprimés ne renverseront pas la classe capitaliste et ne prendront pas le dessus!

 

Compte tenu de la misère économique et de l'inégalité sociale dans toute l'Afrique, il n'est pas surprenant que la petite élite capitaliste noire et ses patrons impérialistes soient capables de maintenir le pouvoir à travers des dictatures ouvertes et des pseudo-démocraties parlementaires corrompues. Les dictatures du clan Gnassingbé de Mugabe au Togo, Kabila (père et fils) du Zimbabwe en République Démocratique du Congo, le Compaoré au Burkina Faso sont des exemples. Dans d'autres pays, les visages des politiciens au pouvoir changent plus souvent; Cependant, ils sont complètement corrompus et servent leurs maîtres capitalistes.

 

Chaque jour, des attaques contre les droits démocratiques les plus fondamentaux se produisent dans nos pays. La police et les militaires se sentent tout-puissants et se comportent en conséquence. Les pauvres urbains et ruraux vivent régulièrement leur despotisme commun. À quelle fréquence devrions-nous payer des pots-de-vin quand nous avons besoin de traiter avec les autorités?! Les militants de l'opposition, les syndicalistes actifs ou les étudiants, les activistes des droits paysans ou les femmes pauvres et les journalistes critiques vivent dans la peur de la persécution ou pire. De même, les groupes ethniques et religieux minoritaires sont souvent confrontés à la discrimination. La lutte pour la défense des droits démocratiques les plus fondamentaux est une question fondamentale dans notre lutte pour la libération!

 

Cependant, aucune démocratie authentique n'est possible si le pouvoir économique reste entre les mains de la petite élite des capitalistes nationaux et étrangers. Tandis que c'est le cas, l'élite sera capable de soudoyer quiconque est au pouvoir et annuler sur les intérêts de la classe ouvrière et des pauvres.

 

Les gouvernants utilisent la constitution pour exercer leur pouvoir dans l'intérêt des riches. Pour lutter contre cela, la CCRI appelle à la convocation d'une Assemblée Constituante Révolutionnaire pour chaque nation africaine. Cette assemblée doit être un organe démocratique bourgeois avec des délégués contrôlables par ceux qui les ont élus et qui sont ouverts à être enlevés par leurs électeurs. Les jeunes, qui ont déjà le "droit" de travailler, doivent également avoir le droit de voter en faveur de cette assemblée. Le rôle de l'assemblée sera de débattre et de décider d'une nouvelle constitution. Il ne doit pas être contrôlé par la classe dirigeante qui ne le manipulerait que dans son intérêt, mais devrait être convoquée et protégée par les milices de travailleurs et populaires contre toute intimidation des forces réactionnaires.

 

* Pour la liberté d’expression et de réunion!

 

* Défendez le droit de grève et les manifestations!

 

* Pour la liberté d'organisation politique et syndicale, ainsi que la liberté d'utiliser tous les moyens de communication et d'information!

 

* Aucune discrimination contre les minorités ethniques ou religieuses!

 

* Pour le droit d'élire et d'enlever tous les titulaires des postes publics!

 

* L'accès aux droits de l'homme, y compris les droits politiques pour les prisonniers!

 

* Tous les hauts fonctionnaires et leurs actions - en particulier la police, l'armée, le renseignement, l'administration, les directeurs juridiques, les chefs d'entreprise, etc. - devrait être surveillé par les conseils des travailleurs et populaires!

 

* Pour une Assemblée Constituante Révolutionnaire!