Manifeste de l'Afrique: VI. Pour l'Unité Panafricaine! Pour les États-Unis Socialistes d'Afrique!

 

 

La révolution ne peut réussir si elle reste isolée dans un seul pays. Cette vérité fondamentale, soulignée par Lénine et Trotsky, a été confirmée par les développements dans plusieurs pays africains lorsque son leader, après avoir accédé à l'indépendance politique, s'est concentré uniquement sur son propre pays et non sur l'internationalisation de la lutte pour la libération. Il est particulièrement important de garder cette vérité à l'esprit au moment où les forces de production se sont internationalisées plus que jamais.

 

Malgré l'engagement rhétorique envers l'unité panafricaine par de nombreux politiciens au cours de la dernière décennie, le manque de réel désir de suivre ces paroles par des actes est démontré par le peu de commerce entre les pays africains et combien ils sont précieux quelques rails et routes que relient ces états.

 

L'Afrique ne sera pas et ne pourra pas être libérée si tous les pays opèrent pour eux-mêmes. La tâche de la révolution socialiste dans chaque pays est de s'efforcer de soutenir la lutte des travailleurs et des opprimés dans tous les autres pays - à l'intérieur et à l'extérieur de l'Afrique. La révolution doit s'efforcer de s'étendre à d'autres pays et de créer une véritable unité panafricaine.

 

Bien sûr, l'unité panafricaine ne devrait pas être créée bureaucratiquement, d'en haut, mais volontairement d'en bas. Cela signifie que nous n'acceptons pas les frontières officielles entre les États africains qui sont souvent un héritage artificiel des puissances coloniales. La politique impérialiste de division et de conquête, ainsi que la politique réactionnaire des gouvernants africains bourgeois cherchant un soutien fractionnel selon les lignes tribales, a été un obstacle majeur à la formation des nations modernes (par exemple, les tensions entre Hutus et Tutsis). au Rwanda, entre Xhosa et Zulu en Afrique du Sud, ou entre Shona et Ndebele au Zimbabwe). Notre objectif est d'unir les peuples africains, en tenant compte de l'énorme diversité entre leurs nations et groupes ethniques (par exemple, entre 1200 et 3000 langues sont parlées sur le continent). Nous luttons pour une l'union ultime à travers du continent et le respect des droits de toutes les minorités ethniques (sauf, bien sûr, les colons privilégiés). Notre vision de l'unité panafricaine se caractérise par son caractère volontaire et fédéral ainsi que par l'honneur de l'autonomie locale.

 

En outre, nous soutenons les travailleurs arabes et les paysans pauvres qui luttent aussi contre les dictatures réactionnaires et contre l'agression impérialiste (par exemple, en Syrie contre Assad, État islamique / Daech, Russie et États-Unis, en Égypte contre le régime du général al-Sisi, Yémen contre l'agression saoudienne, la Palestine contre l'État sioniste, etc.). Notre objectif est de réaliser l'unité avec le peuple arabe sur la base de l'égalité et sans discrimination.

 

L'Afrique ne peut pas être unie sur la base du capitalisme. Une telle unité capitaliste conduirait inévitablement à la discrimination et à l'oppression de certaines secteurs importantes des peuples opprimés. Les révolutionnaires luttent pour l'unification de l'Afrique sur la base d'un programme socialiste qui mène au renversement de la classe capitaliste et à la création d'une fédération de républiques de travailleurs et de paysans pauvres. En bref, notre objectif est de créer les États-Unis United Socialists d’Africa!

 

L'une des premières tâches des États-Unis Socialistes d'Afrique serait un plan économique visant à développer massivement les infrastructures en Afrique. Toute intégration du continent sera illusoire si elle n'est pas unie par le rail et les routes! À bas des frontières territoriales dessinées par les puissances colonialistes et impérialistes!