Manifeste de l'Afrique: VII. Pour un Seul Front de Lutte! Surmonter la Crise du Leadership - Construire un Parti Révolutionnaire au Niveau National et International!

 

Encore et encore, les travailleurs africains, jeunes et opprimés ont montré le plus grand héroïsme dans la lutte contre l'exploitation et l'oppression. Mais ils souffrent - comme leurs frères et soeurs sur tous les autres continents - de la terrible crise du leadership.

Ill suffit se regarde seulement ce qui est arrivé à ceux qui ont pris le pouvoir pour libérer nos pays! Ils sont devenus des dictateurs en s'emparant de la richesse et des privilèges pour eux-mêmes et leur clan! Ils sont devenus des laquais de puissances impérialistes anciennes et / ou nouvelles comme les USA, l'UE ou la Chine! C'est la vraie nature du leadership de CNA en Afrique du Sud, Mugabe au Zimbabwe, Kabila en RDC, Kadhafi en Libye, etc.

Les soi-disant «marxistes» comme le Parti communiste d'Afrique du Sud sont un exemple similaire d'un leadership qui trahit la classe ouvrière et agit en tant qu'administrateur de la classe capitaliste, avec des ministres dans des positions gouvernementales depuis 1994 et comme serviteurs de l'impérialisme chinois. Nous n'oublierons jamais quand ce gouvernement a attaqué les héroïques mineurs de Marikana en août 2012 et a encouragé la police à écraser le soulèvement des travailleurs!

Comparé à ces anciens traîtres, de nouvelles forces tel que les Combattants de la Liberté Économique( em anglais- EFF) de Julius Malemas, en Afrique du Sud semblent être de nouvelles alternatives saines. Il est vrai que le EFF se manifeste avec des milliers de combattants dévoués pour une juste cause qui, en fait, peut jouer un rôle important dans la lutte de libération. Mais, malheureusement, la direction du EFF suit un programme populiste petit-bourgeois qui vise à devenir une partie du jeu parlementaire capitaliste. Pour obtenir des positions, les dirigeants du EFF, qui combattent le capitale du monopole blanc avec des mots, mais collaborent réellement avec l'Alliance Démocratique, cet-a-dire, le parti traditionnel de la capitale du monopole blanc! De même, alors que le programme du EFF parle de socialisme, il appelle à soutenir les hommes d'affaires noirs, ennemis du travailleur noir.

Parmi les pires exemples d'erreurs figurent le Boko Haram au Nigeria et l'État islamique / Daesh en général. Alors qu’en prétendant être des adversaires radicaux de la classe dirigeante, ils dirigent leur lutte non pas contre les oppresseurs, mais contre des civils innocents. Ils sont un cancer qui doit être éliminé par toutes les forces de libération authentiques.

Cela ne signifie pas que nous défendons l'absence sectaire des luttes populaires qui se produisent sous un mauvais leadership. Ce serait un non-sens doctrinal. La CCRI appelle à un front unique de lutte composé de toutes les organisations de masse des travailleurs et des opprimés. Cependant, les révolutionnaires se réservent le droit de critiquer ces dirigeants petits-bourgeois mal orientés quand ils échouent dans la lutte.

Pour la même raison, il est nécessaire de travailler au sein des organisations de masse, même si elles sont dirigées par des dirigeants bureaucratiques plutôt que par la création de nouveaux syndicats ou d'organisations paysannes qui, cependant, restent isolées des masses. Les révolutionnaires doivent travailler au sein de ces organisations, mais construire leurs propres fractions. Ils doivent faire efforts visant à construire des mouvements d'opposition à la base au sein des syndicats et des organisations similaires. Ils devraient soutenir les efforts afin de défier et de remplacer et finalement la bureaucratie corrompue et privilégiée.

Cependant, la tâche la plus importante des marxistes est la création de partis révolutionnaires dans tous les pays africains dans le cadre de la lutte pour la construction d'un parti mondial révolutionnaire. Un tel parti doit être basé sur un programme révolutionnaire dans la tradition de Marx, Engels, Lénine et Trotsky. De même, il sera inspiré par l'esprit d'abnégation et de dévouement des héros de la lutte pour la liberté en Afrique tels que Kwame Nkrumah, Patrice Lumumba et Thomas Sankara! Il aura pour tâche d'organiser la classe ouvrière pour la lutte pour le pouvoir, c'est-à-dire de renverser la bourgeoisie et de construire une république des ouvriers et des paysans.

Il n'y a pas de moyen national de construire un parti mondial, il n'y a qu'un seul chemin internationaliste. Ainsi, un véritable parti révolutionnaire, de même qu'une organisation pré-partisane, doit, dès le départ, exister en tant que formation internationale. Sans une organisation internationale, la centralisation nationale et, en fin de compte, la dérive nationaliste sont inévitables.

Dans la plupart des pays africains, il n'y a pas de parti révolutionnaire des travailleurs, pas même un parti réformiste, c'est-à-dire, un parti ouvrier bourgeois. Là où un tel parti existe (par exemple le PC sud-africain), il est devenu tellement dégénéré qu'il est repoussé par l'avant-garde des travailleurs, comme nous l'avons vu dans la période post-Marikana. Dans de telles situations - quand la classe ouvrière n'a pas un parti indépendant, mais ne comprend toujours pas la nécessité de créer un parti révolutionnaire - les révolutionnaires demandent la formation d'un nouveau Parti Ouvrier( ou Labour Party), fondée par des organisations d'avant-garde et des masses de travailleurs. Ce parti doit défendre un programme d'action définissant les moyens pour la classe ouvrière d'accéder au pouvoir par ses propres mains, ainsi que de développer la démocratie du parti en interne pour éviter la dégénération bureaucratique. Cas contraire, il y a un réel danger qu'un tel parti dégénère en une force réformiste (comme ce fut le cas du MDC zimbabwéen au début des années 2000, par exemple).

La CCRI est pleinement consciente que la création de partis révolutionnaires - au niveau national et international - n'est pas une tâche simple étant donné l'insuffisance du nombre de révolutionnaires et leurs présences insuffisantes dans la classe ouvrière. Mais les grandes réalisations dans l'histoire de l'humanité ne sont jamais des cadeaux tombés du ciel, mais elles sont réalisées par un travail rigide et systématique. Former une unité internationale organisée de travailleurs révolutionnaires déterminés et opprimés, fondée sur un programme commun et une compréhension commune de leurs méthodes pratiques et organisationnelles, est la condition la plus importante pour la construction d'une nouvelle Internationale révolutionnaire. Il jouera un rôle décisif dans l'obtention de secteurs supplémentaires et plus vastes de l'avant-garde des travailleurs à un stade ultérieur. C'est le projet auquel la CCRI est dédiée. Nous appelons les révolutionnaires africains à nous rejoindre dans ce combat!!

Nous voulons nous unir à tous ceux qui peuvent s'identifier au programme présenté ici et qui sont prêts à consacrer sérieusement leur vie à la lutte pour la libération de la classe ouvrière et des opprimés. Nous n'avons pas le temps de perdre. Nous avons tout à gagner. Notre lutte contre la classe dirigeante ne sera pas facile même à court terme. Cela prendra des années et exigera de grands sacrifices de la part de chacun d'entre nous. Mais il peut y avoir un but plus élevé pour la vie que de consacrer la lutte pour l'émancipation universelle; sauver le futur de l'humanité?!

Nous appelons les révolutionnaires africains à s'unir autour de ce Manifeste et de ses cinq piliers:

* Explorateurs étrangers - Hors d'Afrique! Expulsez toutes les Grandes Puissances (USA, Chine, UE, etc.) de l'Afrique!

* La richesse pour ceux qui le construisent! Liberté économique maintenant! Nationalisation de toutes les grandes entreprises et banques sous contrôle ouvrier! Nationalisation des grandes propriétés afin que les paysans pauvres puissent décider de la meilleure façon d'utiliser ces terres! À bas toutes les formes de pollution de l'environnement et des gens par les corporations impérialistes! Protégez la santé et l'avenir de la population!

* À bas les dictatures capitalistes corrompues et les pseudo-démocraties! Pour une Assemblée constituante révolutionnaire!

* Pour un gouvernement ouvrier et des paysans pauvres! Pour une révolution socialiste!

* Pour l'unité panafricaine! Pour les États-Unis Socialistes d'Afrique!

Il n'y a pas d'avenir sans socialisme! Il n'y a pas de socialisme sans révolution! Il n'y a pas de révolution sans un parti révolutionnaire!

Vive la révolution! Aluta Continua!

 

* * * * *

 

Nous encourageons les organisations et les militants qui partagent la vue d'ensemble de ce Manifeste pour nous contacter afin que nous puissions discuter du travail commun pour la libération des travailleurs et des opprimés: rcit@thecommunists.net

 

 

 

La CCRI est une organisation révolutionnaire internationale qui réunit les sections et les militants dans 12 pays sur la base d'un programme défini et avec les principes d'organisation du centralisme démocratique (Zambie, Pakistan, Sri Lanka, Yémen, Tunisie, occupé Israël / Palestine, le Brésil , Mexique, Aotearoa / Nouvelle-Zélande, Grande-Bretagne, Allemagne et Autriche).

 

Pour un aperçu plus complet des vues de la CCRI, nous appelons ceux qui sont intéressés par notre website www.thecommunists.net .Nous voulons attirer l'attention sur nos documents programmatiques:

 

CCRI: Thèses sur le capitalisme et la lutte des classes en Afrique noire, avril 2017, https://www.thecommunists.net/theory/africa-theses/

 

CCRI: Manifeste pour la libération révolutionnaire. Les tâches de la lutte de libération contre le capitalisme décadent (adoptée par le 1er Congrès de la CCRI en octobre 2016, https://www.thecommunists.net/home/fran%C3%A7ais/manifeste-2016/

 

CCRI: Manifeste communiste révolutionnaire, avril 2012, https://www.thecommunists.net/home/espa%C3%B1ol/ccri-manifiesto/