Entrevue avec Alan Can, réfugié syrien kurde à Vienne, en Autriche, Janvier 2016

Courant Communiste Révolutionnaire Internationale-CCRI (en Anglais-RCIT), Janvier 2016, www.thecommunists.net

 

 

Ci-dessous nous republions une entrevue avec Alan Can, un réfugié syrien kurde à Vienne, en Autriche. Il rapporte à propos de la difficile situation  pour les réfugiés et les nombreux obstacles créés par les autorités de l'Etat. Il fait aussi également rapport de l'absence de l'appui d'organisations progressistes autrichiens pour les réfugiés à l'exception du RKOB (section autrichienne de l'RCIT). L'entrevue a été menée par Lionel Zivals, un dirigeant de l'organisation argentine trotskyste Tendencia piquetera Revolucionaria (TPR) au cours d'une visite à Vienne. L'entrevue a été initialement publié sur le website de TPR ici: http://tpr-internet.blogspot.co.at/2016/02/austria-interview-with-alan-can-kurdish.html 

 

Salut Alan, pouvez-vous nous dire quand, comment et pourquoi êtes-vous venu à l'Autriche?

 

Salut, oui. Je me suis échappé du nord de la Syrie (Kurdistan syrien) environ un an et demi auparavant, en raison de la guerre, et dans le but de trouver un endroit approprié pour amener ma famille avec moi. Je traverse la partie kurde de Turquie, et je travaille depuis quelques mois près de Diyarbakir, comme je ne l'ai pas eu l'argent pour voyager. Puis, avec les autres réfugiés syriens, nous avons pris un bateau à partir de Izmir (sur la côte méditerranéenne de la Turquie) à la Grèce. Nous avons voyagé à travers la Grèce, la Macédoine, la Serbie et la Hongrie, afin d'arriver ici. La situation que nous y vivons en Syrie est très mauvaise. Maintenant, ma famille ne sont pas en danger directe, mais je veux les amener avec moi.

 

Comment vous avez été traité quand vous êtes arrivé ici?

 

Ils me abord pris à la police et ils me fait beaucoup de questions. Ce fut dans le principal camp de réfugiés d'Autriche, Traiskirchen. Je disais que je savais certaines personnes en Autriche,alors ils me mettent hors du camp. Je ne savais pas où aller, donc j'essayé de pénétrer à l'intérieur du camp de nouveau, mais  ils m'a dit qu'il était déjà plein et je dois trouver mon chemin tout seul. Donc, je suis allé à une maison  de Charité, là, ils me disaient que je pouvais aller à Paribian 6 (un autre camp de réfugiés dans un stade). La situation dans le stade était horrible. Nous vivions dans des tentes au-dessus des qualité, alors je suis parti au bout de 5 jours. Enfin je suis arrivé ici, Hiertzig, un ancien hôpital qui est utilisé comme un camp de réfugiés, où se trouvent des milliers de personnes.

 

Et qui est votre situation actuelle dans votre camp?

 

Notre situation est très mauvaise. Nous sommes gardés dans de petites salles avec beaucoup de gens, et nous ne sommes pas capable de ne rien faire. Ils nous donnent du pain, de la confiture et du fromage comme nourriture quotidienne, et nous ne sont pas autorisés à se trouver un emploi. Nous sommes censés recevoir 40 EUR (44 USD) par mois, données par l'État. Mais au cours des 3 premiers mois, on n'a rien reçu. Le camp est géré par Samariterbund, une ONG liée à SPÖ (social-démocrate autrichien Parti), qui est la majorité dans le gouvernement. Ils ont également été en cours de gérer  l'autre camp dans le stade.Ils sont très stricts avec l'heure d'arrivée au camp. Fondamentalement, ils nous tiennentici, ne rien faire, seulement en attendant. Nous voulons être autorisés à travailler, d'apprendre l'allemand (langue officielle en Autriche) et d'emmener notre famille avec nous.

 

Comment avez-vous réagi à cette situation? Y at-il des protestations des réfugiés?

 

Les gens ont très peur. Ils pensent que le gouvernement autrichien peut-être  nous envoyer à la Syrie à nouveau. Nous avons eu beaucoup de réunions avec les réfugiés, discuter de nos demandes. Nous voulons avoir le droit de se déplacer sans restrictions, de travailler, d'avoir notre subvention malgré nous sont acceptés ou non (si le gouvernement ne vous donne pas le titre de «réfugié accepté ', vous ne gagnez même pas que peu d'argent). Maintenant, la situation est pire parce que, après les incidents à Colonia [Une agression sexuelle massive de l'ordre de 1000 hommes est utilisé contre les migrants et les réfugiés en raison de “l'origine arabe ou nord-africaine" apparition des agresseurs, Independent.co.uk 5 Janvier ], la propagande contre les migrants est plus grand. Même maintenant, des gens dans la rue s'éloigner de moi quand ils écoutent Je parle arabe ou kurde. Cepandant, je sais que les gens en Allemagne qui ont organisé une manifestation à l'intérieur du camp de réfugiés et ils ont réalisé pour améliorer leur situation. Ils étaient dans un terrain de basket et ils ont été transférés à l'hôpital. Donc, je disais à mes camarades que nous devrions faire la même chose. En fait, je leur ai dit que nous ne devons rien à perdre. S'ils nous jettent hors du pays, ce peut montrer que  les gouvernements européens  ce sont comme Al-Assad ou Al Sisi. Mais je ne veux pas attendre plus, je ne peux pas rester là à ne rien faire. Soit je reçois ce que je méritais, ou je suis expulsé de mon pays à nouveau.

 

Qui était l'attitude des organisations de gauche, les communautés de migrants, etc?

 

En fait, la seule organisation qui est venu nous soutenir est RKOB. Il y a aussi quelques personnes, principalement des migrants, qui viennent pour nous aider. Mais pas les communautés de migrants.

 

N'a pas le  Parti communiste, le  Parti vert ou toute autre organisation vient de parler avec vous?

 

Non, même le BDP (aile politique-électoral du mouvement kurde) ne sont pas venus pour parler avec nous, malgré qu'ils ont bureau en Autriche et il est connu que beaucoup de réfugiés kurdes arrivés ici.

 

Que pensez-vous de la situation du peuple kurde maintenant?

 

Je soutiens YPG au Kurdistan syrien, ils nous protègent. De nos jours, les Kurdes en Turquie sont sous l'assaut des Erdogan. Il est comme Al Assad maintenant.

 

Comment pouvons-nous aider les réfugiés luttent?

 

Par ce moyen, faisant de notre situation publique et connue. Nos conditions de vie et nos demandes sont cachés par les médias. J'espère que cette entrevue serait un appel à la population de connaître notre lutte. Merci beaucoup.

 

Free Homepage Translation